COME ON MARINA

MON EXPÉRIENCE AVEC LE JEÛNE INTERMITTENT

AH ! LA NUTRITION !!!!!!!  La chose la plus confuse — EVER — on dirait que personne ne dit jamais la même chose, et c’est d’un relou, mais d’un relouuuuuu ! On dirait qu’à part les légumes, personne ne sait vraiment ce qui est sain ou pas pour son corps. 

Alors que j’essaie constamment de trouver une certaine balance pour mon alimentation, après avoir discuté des heures et des heures avec ma nutritionniste, j’ai eu envie de tester une sorte de DIET qui fait — soit disant — des miracles : LE JEÛNE INTERMITTENT. 

Avant de m’étaler sur les explications et comment j’ai vécu la chose, on va parler des raisons qui ont faites que j’ai décidé de sauter le pas. 

ALORS POURQUOI ?

Tout à commencé quand je suis rentrée de Londres en 2015, j’avais décidé de suivre mon copain de l’époque (coucou titi) à Lyon où il faisait ses études. Ce n’était pas la première fois que je vivais seule mais c’était la première fois que je n’avais aucune activité —mise à part le blogging BIENSUR.  On passait beaucoup de temps à sortir, boire et manger et finalement comme j’avais déjà une prépondérance à manger BEAUCOUP et surtout très MAL bah là ça a été la fin des haricots. Combinez cela avec du STRESS, des moments où j’étais tombée malade etc bah résultats on dépasse limite les 100kg. 

Je vous laisse imaginer la détresse psychologique que j’ai pu ressentir sachant que j’ai toujours été assez jolie et même si j’avais quand même des formes je n’étais pas “grosse” — je suis un 8 donc j’ai certe une taille très fine mais j’ai des hanches / fesses / cuisses / seins assez voluptueux. 

Mais au delà de l’esthétisme, j’avais aussi ma santé qui était ko. Je faisais pas mal de sport dans ma jeunesse et mon adolescence, donc j’avais un bon cardio — merci le fait d’être ailier/ pivot au handball — mais avec 30 bons kilos de plus il m’était difficile de bouger ma charrette

Mais c’est vrai que voir mon corps changer, d’avoir des vergetures et des cicatrices ça a été aussi un gros choc. 

Pour toutes ces raisons, j’ai décidé de me prendre en main en Juillet 2018. J’ai pris un RDV chez une nutritionniste qui m’a aiguillée et conseillée sur mes habitudes alimentaires pour rééquilibrer le tout sans pour autant faire un régime trop restrictif car même si j’ai un bon mental et une tête dure, je suis quand même un peu fragile devant des frites. 

À la suite de plusieurs rendez-vous et d’une détermination sans faille j’ai réussi à perdre plus de 25kg (en Mars 2019). Un exploit pour ma nutritionniste qui n’attendait pas que j’arrive à perdre autant de poids en si peu de temps. Mais c’est vrai que de quitter Lyon, de quitter mon ancien appartement, mes anciennes études, etc ça m’a libéré d’un poids énorme et m’a vraiment motivé. 

DONC, nous arrivons au moment où je décide avec l’approbation de ma nutritionniste de commencer le jeûne intermittent. 

QU’EST CE QUE C’EST ALOOOOORS ? 

DISCLAIMER : RENSEIGNEZ VOUS PLUS AUPRÈS D’UN PROFESSIONNEL JE VOUS DONNE MON HUMBLE AVIS SUR LA QUESTION.

En fait, le jeûne intermittent c’est un mode de vie qui consiste à jeûner une partie de la journée (ou parfois une journée complète), et de manger seulement pendant un court moment (entre 6 et 12 h, en moyenne). Bon, ça fait pas l’unanimité auprès des professionnels : mais je pense que c’est surtout parce qu’on tente très souvent de nous vendre une tonnes de régimes ou nous vendre un mode vie soit bio soit végan soit … autre chose. Bref plusieurs autres nutritionnistes offrent cette option pour perdre du poids parce qu’il y a une limite au nombre de calories qu’on peut ingérer dans une aussi petite fenêtre de temps. MAIS JE ME SUIS RENSEIGNÉE DE MON COTÉ QUAND MÊME. 

— D’après plusieurs nutritionnistes, dont Cynthia Marcotte, il faut tout de même faire attention avec ce genre de diète. Pourquoi ? La raison est simple ! Comme nous avons tendance à attendre plus longtemps avant de manger, nous avons encore plus faim, et envie de quelque chose de gras — et généralement notre attention se porte sur le burger bien gras ou la pizza congelé tout aussi grasse et salée. Quel enfer. En plus notre portion se double parce qu’on sait qu’on va se priver après. Quel faux pas. En plus de ça pour les personnes les plus “fragiles” il y a un gros risque de développer des troubles alimentaires tels que d’anorexie ou de boulimie.

Le jeûne stimule certaines hormones circulant dans notre sang et en charge d’influencer la sensation de satiété. Donc en gros : moins tu manges, moins tu as faim — et vice versa. Il faut faire attention avec cela parce qu’un apport en calories trop bas et le corps passe en “mode survie” et paf — plus de muscle. 

J’ai donc décidé de me lancer, après avoir lu et écouté un tas de témoignages en la matière. La méthode que j’a choisi est le 18-6. QUESAKO ? 18 heures de jeunes et 6 heures de “droit de manger”. Un énorme défi pour la gourmande que je suis. 

Mes repas s’étendent donc entre 13h et 19h. Et j’ai le droit en période de jeûne de boire de l’eau et SEULEMENT DE L’EAU. Pourquoi ? Pour vraiment, mais vraimmmmmeeeent nettoyer mon corps trop souvent agressé par le sel et le gras. 

Les premiers jours

J’exclus donc de ce témoignage mon expérience du premier jour qui se résume à “MAIS C’EST TROP FACILE FRANCHEMENT LOL”. 

Les premiers jours sont les pires car tu habitues ton corps à vivre différemment. Pour ma part, ça a été l’enfer. Moi qui mange tout le temps, qui grignote tout ça, bah là… j’avais faim… H24. Mais j’ai aussi pris conscience de tout ce que j’avais eu l’habitude de mettre dans mon corps inutilement. Limitant mes repas, je voulais y aller de façon stratégique et ne pas commencer ma journée avec mon premier repas et donc du sucre : car comme on le sait, manger du sucre donne envie de manger du sucre. C’est pas un secret. 

Mais le plus dur n’était pas de manger qu’a partir de 13h 13h30, c’était de ne plus manger après 19h. Ne plus grignoter en soirée me manque mais j’ai conscience qu’en réalité j’en avais pas tant besoin que ça. En gros c’est pas mon estomac qui me réclame tout ça mais seulement ma gourmandise, donc c’est que du psycho. 

À ma grande surprise, j’ai vu un changement dès les premiers jours : pas seulement au niveau de la silhouette, mais surtout du coté de mon corps en général. Alors que je pensais que j’allais avoir des envies irrépressibles de manger à n’importe quelle heure ou quoi j’ai eu le contraire, c’est à dire que j’ai éliminé complètement mes rages de sucres et mes baisses d’énergie que j’avais l’habitude d’avoir en milieu d’après midi. J’ai plus envie de m’acheter des gâteaux ou quoi. J’ai envie de chocolat noir de temps en temps mais rien de ouf quoi. 

Ma première semaine

Ma première semaine s’est très bien déroulée et j’ai arrêté de me sentir ballonnée. J’ai pourtant fêté mon anniversaire à Barcelone où je me suis régalée et où j’ai bien bu pourtant j’avais pas pris un gramme. Mon corps s’auto régule. 

Ce que je trouve le plus difficile c’est le débat que j’ai constamment avec moi à présent, le réflexe de me demander quand on me propose des chips ou quoi “est ce que j’en ai vraiment besoin ?”. Ça a complètement changé ma relation avec la nourriture et tout est remis en question à chaque tentation — qui sont de moins en moins présente et séductrice. 

Mon expérience au bout de 2 semaines : 

Par moment ce n’est pas facile, au delà de l’aspect tentation : c’est la gestion de la nutrition le plus compliqué. Manger à des heures atypiques etc c’est pas facile quand on a une vie sociale et professionnelle. Parfois j’ai cours jusqu’à 14h avec une pause a 12h ou je vois toute ma classe manger. C’est une souffrance affreuse pour moi. Ça me donne tellement envie. Mais en règle générale ça va car les bienfaits sont tellement nombreux que ça me motive au quotidien. Malgré la relation difficile que j’avais avec les aliments par certains moments, j’ai trouvé que les bienfaits étaient plus présents que les désagréments.

Pour ce qui est de la perte de poids, raison pourquoi plusieurs l’essayent, je dirais que c’est vrai mais à mes yeux, ça ne vaut pas la peine de faire une telle diète pendant moins de 3-6 mois. Car sinon, on risque l’effet YOYO. 

Si ça t’intéresse d’essayer une telle diète, je t’invite à en parler avec un nutritionniste d’abord, et aussi à regarder des vidéos sur youtube par exemple car les témoignages sont très importants avant de se lancer ! 

J’espère que cet article t’auras un peu plus éclairé au sujet du jeûne intermittent. N’hésites pas à me faire vos retours.

Du love et rien que du love,

Marinou

MON EXPÉRIENCE AVEC LE JEÛNE INTERMITTENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut