MON BILAN 2017 ( ou l’année 11/20 )

 

Le jour du bilan est arrivé.

 

Cela fait un petit moment que je n’étais venue sur le blog . Je n’ai pas chômé pour autant. Entre IG, les cours et les collaborations c’est pas simple ! Et encore je n’ai que 8k d’abonnés. Je ne sais pas comment ceux qui en ont 40k font pour gérer.

Bonjour toi !

Hier j’ai discuté avec mon titi sur comment s’est passé notre année. Et j’ai décidé de la définir avec une note et un adjectif

Je mettrais la note de 11/20 à cette année 2017, et comme adjectif j’utiliserai celui de « surprenante ». Dans le bon et le mauvais sans. Une année encore très nuancée.

Cette année 2017 j’ai eu la chance de lancer ce blog qui même si parfois j’hésite à l’alimenter, j’aime le regarder et j’aime le parfaire. Et je trouvais intéressant de mettre sur celui-ci mon bilan 2017.

 

Mes mauvaises surprises

 

Commençons par le pire pour finir par le meilleur.

Cette année 2017 nous aura bien remué.

Tout d’abord par ma catastrophique expérience professionnelle. Je ne crache pas dans la soupe, non, j’étais contente d’avoir pu trouver le moyen d’être indépendante, mais bon, cette expérience m’a plus démoralisée qu’autre chose. J’étais nounou, j’allais chercher des enfants après l’école et je les gardais jusqu’au retour des parents. Pourquoi c’était ma pire expérience? Parce qu’au delà du fait que j’étais exploitée, j’étais aussi rabaissée par mes patron et avec le caractère que j’ai, inutile de vous exprimer à quel point cela a été difficile à gérer. J’ai fait ça 10 mois, car ma patronne me promettait une rupture de contrat à l’amiable en Mai, me permettant de pouvoir avoir le chômage, et d’avoir un financement pour ma reprise d’étude. Comme par hasard, le jour venu, il n’en était pas question. Elle ne voulait pas à avoir chercher quelqu’un d’autre, et elle pensait me coincer pensant que je tenais trop à ma sécurité financière. Je n’aime pas la fourberie et la trahison. J’ai donc démissionné.

J’ai cherché pendant tout l’été une alternance, un moyen de me faire payer mes études car étant majeure et vivant seule je voulais me débrouiller et ne pas demander à mes parents. Finalement j’ai réussi à trouver une solution grâce à ma bonne étoile. Mais c’est une autre histoire que nous aborderons plus tard.

 

En second plan, la galère numéro deux de l’année 2017: le déménagement.

 

Certes, Lyon n’est pas Paris, mais comment faire quand nous sommes 3 étudiants pour trouver un appartement convenable avec un loyer pas trop cher? Ça a été une pure galère, ça a créé des disputes. On devait quitter l’appartement le 30 juin, mais le 15 juin nous n’avions toujours pas trouvé notre perle. C’était une galère sans nom. C’était du stress. En plus de mon boulot que je venais de quitter. Mais finalement nous avons pu trouver un petit appart dans le 7eme arrondissement. Mais ça devait faire parti de mes points noirs de l’année.

Dans mes déceptions de l’année, il y a aussi les déceptions du cœur, non pas venant de mon titi qui a été parfait depuis toujours, mais venant de mon entourage.

Je ne vais pas m’éterniser sur ce sujet car je pense que c’est quelque chose de personnel que l’on ne peut soigner que par du temps. Mais j’ai eu l’occasion de tester mes propres limites «amicalement parlant». Je me suis bien trop donnée pour rien en retour si ce n’est des soucis. C’est triste mais c’est la vie et on ne peut rien faire pour arranger cela. Puis côté famille c’était pas la joie non plus, mais les miens (surtout mon titi) ont réussi à rendre cette épreuve plus supportable. Et je les en remercie.

Je me suis rapprochée un peu plus des personnes qui me sont importantes comme Ophély, que j’ai rencontré grâce à titi et que j’adore du plus profond de mon être pour sa capacité à écouter, son empathie, sa douceur et son humour. Que ferai je sans elle maintenant? J’envisage même une collocation avec elle, qui l’aurait cru hein? Marina collocation? OUI OUI

J’ai laissé certains individus bienveillants me connaître intimement même si j’ai tendance à me fermer aux rencontres car je suis une personne qui ressens le besoin d’avoir de la confiance, je suis très loyale en amitié et le fait de ressentir ne serait-ce qu’un doute m’empêche de poursuivre une relation. Mon cercle d’amis est précieux, chacun d’entre eux m’apporte une chose bien précise, je n’ai besoin de rien de plus. ET certaines rencontres fortuites s’avèrent être fabuleuses, je pense à Doriane, Sarah et Juliette. Elles ont chacune d’entre elle une qualité propre à elle. Doriane est la douceur même, elle est forte mais douce et réconfortante, j’aime lui parler et elle aura toujours une approche maternelle de la chose malgré ses 18 ans c’est ce que j’aime chez elle. Elle me voit, elle m’écoute et elle m’entends. Sarah c’est la force et la confiance, peut importe ce qu’elle va subir elle sourira et te fera sourire. Elle aura beau avoir des soucis plus importants que les tiens, elle sera là pour écouter et te conseiller. Elle est de bon conseil et j’adore parce que l’on rit beaucoup toutes les 3. On est trois mousquetaires et avec elles les galères sont plus facile à gérer. Juliette de son coté elle est drôle a en mourir. On se marre tout le temps et on est tout le temps partantes pour dire des conneries. On se comprend en un regard et je suis obligée de me retourner en cours pour la regarder quand un truc de drôle se passe.

 

Ça fait du bien de s’accompagner que des personnes de confiance.

 

Cette année, je me suis surprise moi-même en faisant le deuil d’une relation dont je n’avais pas réussi à accepter la fin (ma meilleure amie de l’époque). Ca fait du bien de reconnaître enfin une situation. Et d’accepter que rien ne sera jamais comme avant.

 

Passons à la plus belle des surprises de 2017, ma reprise d’étude.

 

Ce n’étais pas facile, j’essayais de me débrouiller seule. Étant d’un naturel assez indépendant j’étais vraiment dans l’optique de faire tout cela seule pour être la seule et l’unique cause de ma réussite. Mais j’ai beaucoup galéré, financièrement parlant ce n’était pas possible. Je ne m’en sortais pas du tout. Mais ma bonne étoile était là. (plutôt mes bonnes étoiles pour le coup).

 

Mes grands parents.

 

Comment vous les décrire ? Ils sont marrants, ils sont parfois très énervants aussi. Et malgré que parfois nous ne sommes pas d’accord nous trouvons le moyen de nous entendre et j’aime beaucoup passer du temps avec eux.

Ce sont mon pilier et ma force. Petite je passais énormément de temps avec eux et j’aime encore aujourd’hui les voir. Quand ils sont dans leur maison de Grèce ils me manquent et je compte les jours avant leur venue en France.

Dans les pires moments ils sont là. J’aime discuter avec eux parce qu’ils ont vécu que je n’ai pas et ils m’apportent de l’espoir. l’espoir que les choses peuvent s’arranger parfois et je trouve ça beau. Mon grand-père c’est la sagesse et la force tranquille comme l’on dit chez nous. Il est calme et aussi très malin et adore nous faire des blagues ou en sortir une au bon moment. Ma mamie elle c’est le caractère des femmes du sud, elle a le sang chaud et part au quart de tour pour un rien : c’est pour cela que l’on aime l’embêter. Elle nous fait tout le temps des petits plats et nous raconte des anecdotes rigolotes où elle s’étouffe de rire.

C’est grâce à eux si aujourd’hui je suis dans les études que j’aime. Je fais ce que j’aime car ils ont trouvés des solutions pour me mettre à l’abri et me libérer du poids du stress que j’avais financièrement pour mes études.

 

Ils sont la bonté et l’amour même, malgré un voile de pudeur.

 

Cette année m’as prouvé encore une fois que mes grands parents sont les personnes qui sont les plus importantes pour moi. Je les aime d’un amour inconditionnel et j’aime leur présence qui me rassure.

 

Niveau Santé ?

 

Ça va mieux, du moins on fait tout pour. Ce qui m’a surpris c’est le soutiens que j’ai eu à l’annonce du diagnostic, autant venant de mes proches que venant de mes nouvelles amies. Je n’ai jamais été aussi motivé pour reprendre ma santé en main. Et je sais que l’année 2018 sera l’année du changement.

Cette année est un 11 car même si elle a été le symbole de l’amour, de l’acceptation, elle a aussi été l’année de l’inquiétude et des problèmes.

 

Et 2018 alors ?

 

Une chose est sure : 2018 sera une année exceptionnelle.

J’ai hâte de continuer le blog, de continuer mes études et de reprendre ma santé en main.

Non ce n’est pas des bonnes résolutions, c’est des objectifs précis que je compte atteindre. On en parlera le moment venu.

J’ai eu la chance d’avoir beaucoup de soutiens de ma famille et de mes amis et je suis très reconnaissante à l’année qui vient de se terminer pour m’avoir permis de faire le tri et de mettre encore un peu plus en ordre ma vie. Et je suis sûre (du moins j’espère très fort) que cette nouvelle année sera mon année !

 

Gros big up à Sarah, Doriane, qui rendent ma vie un peu plus belle chaque jour. A titi, qui est la personne la plus belle que je n’ai jamais rencontré. A mes grands-parents, qui m’ont plus d’une fois aidé, et qui m’ont donné un second souffle à ma vie.
Share:
Previous Post Next Post

You may also like

Leave a Reply