J’ai 24 ans. Dans 6 mois je vais avoir 25 ans. Un quart de siècle. Malgré le fait que cela paraisse très loin, je me suis rendu compte que le temps passait ridiculement vite.

Ainsi je commence le bilan de ma vie.

A l’aube de mon quart de siècle, je vois bien que je suis toujours entourée du même noyau : ma famille et mes amis.

J’ai la chance d’avoir des grands-parents relativement jeunes et avec qui je partage mes passions – comme le foot et l’histoire avec mon papy. Ma mamie ça sera plutôt la taquiner quand elle me parle avec son accent sudiste et qu’elle ne sait pas utiliser son nouveau téléphone. Ils sont mes meilleurs amis. J’essaie de mémoriser chacun des moments que nous passons ensembles.

Pour mes parents : mon père et ma belle-mère. Malgré que l’on ait vécu des choses pas simple cette dernière année nous a vraiment rapprochée. L’arrivée de mon frère Sam nous a fait prendre conscience de l’importance de la famille. Et j’adore passer l’été à regarder le tour de France avec mon père et m’occuper de l’agence avec Pam.

Ma sœur : malgré le fait que nous n’ayons pas la même mère elle est celle qui me ressemble le plus. Je l’aime d’amour et j’aime partager des moments avec elle. On se dispute aussi, parce qu’on est les mêmes. On est élevée de la même manière et nous avons la chance d’être des sœurs-amies. On voyage et on rit ensemble. Elle est ma meilleure amie.

Ce que je regrette et que je regretterai toujours c’est le fait d’avoir laissé un faussé se creuser entre Luka, Andrea, ma mère et moi. Comment peut-on bien vivre en sachant que notre sang nous ignore ? mais le temps guéri les plaies petit à petit.

Dans le même registre, il y a les amis qui font partie de la famille à force d’être dans le décors.

Je suis une personne de fidèle en amitié et j’ai besoin de confiance pour me sentir épanouie c’est pour cela que j’ai très peu d’amis. Mais ceux que j’ai, je les chéris. Alexis, Maillon, Doriane, O. Ils pimentent ma vie, et me rendent heureuse chacun à leur façon.

 

Mais cette année, mon noyau a eu quelques modifications : Thibaut.

Je pars du principe que chaque personne qui passe dans nos vies est une personne qui nous apporte quelque chose. J’ai eu d’autres relations, qui m’ont apporté leurs lots de bonheur et de souffrance, mais elles m’ont permis de pouvoir affiner ce que je recherche au fil du temps.

Malgré toute l’affection que l’on pouvait avoir l’un pour l’autre, deux caractères impulsifs et colériques ne faisait pas bon ménage. Ce n’était jamais calme et reposant. On se stressait. Mais ce que je retiendrai c’est que malgré tout ce qui nous est arrivé il est resté la personne qui me soutenait le plus. Il a tenté de me sauver plus d’une fois, de m’épargner des peines mais il m’a surtout permis de me trouver. Il m’a soutenu avec mes débuts sur Instagram, l’ouverture du blog et m’a toujours motivé. On s’est aimé très fort, mais très mal. Nous n’avons pas fait correctement les choses. Mais il restera toujours la personne qui m’aura le mieux traité. Et je ne serai jamais assez reconnaissante de la femme qu’il m’a fait devenir.

Et je le remercie de m’avoir permis d’affiner encore un peu plus le genre de relation que je voulais.

Cette dernière relation m’a fait comprendre que je voulais une relation beaucoup plus simple, beaucoup plus douce. Et que je méritais d’avoir quelqu’un qui me considère et me traite au moins aussi bien que ce que Thibaut pouvait me traiter. Une relation où il n’y a pas la place au doute.

Je pense qu’à présent je veux me laisser surprendre. Je veux laisser des gens rentrer dans ma vie et me découvrir. Je veux me laisser toucher par de nouvelles rencontres et leurs histoires. Mais ce n’est pas pour autant que je vais abandonner mon idéal. Je ne veux pas à avoir à renoncer au genre de relation que je veux. J’en ai fini avec la perte de temps.

 

Les études : cette désillusion

Alors oui, je n’ai pas toujours voulu devenir notaire, je voulais être astronaute quand j’étais petite. Déjà à la base mes parents auraient dû comprendre que quelque chose n’allait pas. Mes copines voulaient devenir chanteuses, mannequins, actrices, mais moi j’avais déjà la tête dans les étoiles. Mais j’ai compris au lycée que je voulais faire quelque chose en rapport avec le droit quand je suis rentrée en STG et que j’en faisais un petit peu. J’ai donc bossé de toute ma pêche pour pouvoir intégrer mon école privée bien trop chère. Pour me rendre compte, un jour, que je préférai être sur mon blog que de réviser mes cours, que je préférai organiser des événements, planifier, écrire, rechercher plutôt que de m’intéresser aux dernières actualités juridiques. Bref, j’ai découvert bien trop tard ma créativité (oui avant j’étais plus un mauvais génie qu’autre chose, j’avais de la créativité pour faire des conneries, c’est tout).

J’ai donc tout lâché, Lyon qui m’étouffait, mes études qui me rendaient malade. J’étais devenue tout ce que je détestais être, je m’étais renfermée. Pour Béziers. J’avais besoin de respirer. Je faisais des crises d’angoisses à répétition, je faisais des insomnies où je partais marcher ou que je me mettais à ranger et nettoyer l’appartement à 2h du matin. Je me sentais seule, même entourée de mes amis, de Thibaut. Et même si je suis de nature solitaire, ressentir la solitude au milieu des gens… c’était le pire.

J’ai compris bien vite que la vie ne tenait qu’à un fil

La vie va vite, bien trop vite, et c’est en gardant dans la tête que tout peu basculer d’une minute à l’autre que j’ai décidé d’aller très vite. Quand j’aime, c’est très vite, je n’ai pas de temps à perdre. J’ai perdu trop de temps car j’avais peur, jusqu’au jour où j’ai perdu les gens que j’aime sans avoir le temps de leur exprimer tout ce que je ressentais pour eux. Tout va trop vite. On s’endort en pensant retrouver celui que l’on aime le lendemain, mais le lendemain il n’y a plus personne au bout du fil. D’ailleurs, on nous apprend en philosophie qu’il y a 7 étapes du deuil, la première étape étant le choc, la dernière étant l’acceptation. Et je t’avoues Gaétand, si tu vois ce que j’écris, que je ne sais toujours pas où je me situe la dedans. Mais même si cette période de ma vie reste compliquée à expliquer, elle m’aura apporté une chose : j’ai grandi d’un coup. J’ai grandi d’un coup. Et à présent je veux tout simplement vivre ce que je ressens.

Bilan de mon premier mois (et demi) ici, à Béziers : je revis. Et je pense avoir enfin trouvé le lieu où je me sens réellement chez moi.

Je me surprends à m’ouvrir aux gens, à être un peu moins dans le paraître et un peu plus dans l’être tout simplement. J’aime l’effet que me procure cette ville et les nouvelles personnes qui composent ma vie. Mes rires sont réels et quand ça va pas je n’ai plus peur de montrer que la situation me plait. Comme je l’ai dit plus haut, j’essaie de ne plus perdre mon temps.

 

Cette année alors ? De nouveaux objectifs ?

Cette année sera l’année de la réussite autant au niveau du professionnel que du personnel. Je veux pouvoir continuer à publier sur le blog assez souvent, et pouvoir rencontrer quelqu’un. Je suis une éternelle romantique, et même si j’aime mon indépendance, je suis certaine que nous sommes faits pour vivre à deux et je veux quelqu’un à mes côtés.

Cette année je compte aussi réaliser mon rêve : aller au BURNING MAN. Je suis sensible à l’art et ce festival me fait de l’œil depuis bien trop de temps. Je veux me déguiser et aller au milieu du désert célébrer l’art. Seule ou accompagnée, à partir du 25 Août 2019 je serai dans le désert du Nevada à créer la BLACK ROCK CITY.

EN BREF.

Cette année sera l’année de l’apaisement. L’année où je vais laisser parler mes émotions et où je vais me laisser porter. Cette année sera celle où l’art fera encore plus parti de ma vie et où je laisserai exprimer toute ma créativité sans avoir peur d’être jugée (AH ! QUEL SOULAGEMENT D’ETRE LIBEREE DU REGARD DES AUTRES). Cette année sera l’année des rencontres – avec les autres et avec moi-même, des découvertes. Et pour l’amour, je vais essayer de me laisser surprendre.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *